Sélectionner une page

Au lendemain de la fête nationale, le nouveau Premier Ministre du gouvernement d’Emmanuel Macron, Jean Castex faisait sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée Nationale.

Au cours de cette allocution, le Premier Ministre a annoncé une mesure inédite concernant les étudiants. En effet, le chef du gouvernement s’est engagé à ce que les étudiants boursiers ne payent qu’un euro leur repas fourni par les restaurants universitaires du CROUS à partir de septembre. Une très bonne nouvelle pour les étudiants dont les moyens financiers sont parfois très restreints.

Néanmoins, outre le fait qu’il soit insuffisant, cet engagement est profondément injuste. Selon une enquête statistique publiée par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en 2017, la part des boursiers ne représentait que 38% des étudiants, toutes filières confondues. Or, tous les étudiants non-boursiers n’ont pas forcément des parents aisés. Certains d’entre eux doivent même travailler à côté de leurs études pour pouvoir vivre décemment. Ainsi ces étudiants issus des classes moyennes ne pourront pas bénéficier de ces repas à 1 euro. Leur situation financière n’est pourtant pas forcément plus confortable que celle des étudiants boursiers.

De plus, selon la même enquête, l’essentiel des étudiants boursiers se trouve dans les sections technologiques supérieures (BTS) dont l’énorme majorité est dispensée dans les lycées. Beaucoup d’entre eux n’ont cependant pas accès à un restaurant universitaire proche de leur établissement. Ils se retrouvent donc, eux aussi, exclus de ce dispositif.

De surcroît, la crise du COVID-19 a particulièrement frappé les étudiants et continuera à le faire durant l’année qui s’en vient. En effet, nombre d’entre eux ont perdu un stage ou un « job » qui leur assurait des revenus plus ou moins décents.

L’aide de 200 euros versée par la CAF au début de l’été n’est pas suffisante.

Nous demandons donc au gouvernement à ce que tous les étudiants, peu importe qu’ils soient boursiers ou non, et peu importe leur filière et leur établissement puissent bénéficier de ces repas à 1 euro.

Anthony BELLORINI

référent départemental de Génération Nation 54

contact : gen.nation54@gmail.com