Sélectionner une page
Si la presse a cru bon de s’extasier sur l’envoi de personnel médical albanais dans une Italie balayée par le virus de Wuhan, force est de constater que ce soutien se limite à un simple jeu de chaises musicales, voire à un juste retour des choses.
Dans les colonnes du quotidien bosnien Sarajevo Times, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell détaillait ainsi l’aide que l’Union européenne s’apprêtait à déployer en faveur des Balkans occidentaux, affectés –comme bien des pays désormais- par la redoutable maladie venue de Chine : 38 millions d’euros au total.
L’Albanie, déjà amplement aidée à la suite du tremblement de terre de novembre 2019, n’en recevrait pas moins quatre millions d’euros en faveur du secteur de santé et sept millions d’euros de soutien économique. Le tout permettra l’achat de masques, de respirateurs… et l’envoi tant vanté de personnel infirmier en Italie ?
Du reste, cette assistance indue à des Etats non membres de l’Union européenne n’est que la partie émergée de l’iceberg. Car c’est envers le monde entier que cette générosité s’exerce désormais. Ainsi selon Le Figaro, alors que le mal se répand en Afrique, l’Union européenne aurait « adressé une première enveloppe de 113,5 millions d’euros à l’Organisation mondiale de la santé, et prévoit un volet d’aides bilatérales, notamment de 150 millions d’euros pour le Maroc et de 250 millions d’euros pour la Tunisie. »
Et les nôtres dans tout cela ? Dans ma région du Grand Est, les transferts de patients en Allemagne ou en Suisse commencent à peine à s’organiser, alors que le bilan humain, lui, n’a de cesse de grimper.
Est-il normal que la France, contributrice nette au budget européen, reste suspendue aux livraisons de masques chinois quand Bruxelles dilapide notre argent aux quatre vents ?
A l’évidence, la crise du coronavirus aura servi de révélateur non seulement de l’impuissance de l’Union européenne, mais, pour tout dire, de sa nocivité.

 

Dominique BILDE – Déléguée départementale RN54